logo

La progression skydive en 10 étapes selon la 3F

Voici la trajectoire classique d’un skydiver qui veut progresser en freefly( par opposition à celui qui a juste envie de prendre l’air le week-end et de boire des bières sur sa DZ paradise…). Il est utile de noter que l’arrivée du tunnel a beaucoup changé la donne. Nous nous devons de tirer notre chapeau aux générations précédentes ( et il existe encore quelques être humain doués qui gèrent dans le ciel sans passer par la veine) qui ont tout appris dans le ciel ! Bravo et big respect à tous ceux la.

1 – Tu passes la PAC et tu découvre le monde merveilleux du skydive. Certains ont anticipés en faisant quelque minutes de tunnel avant de monter dans l’avion. : très bien, moins de stress pour tenir la position et donc plus détendu pour se concentrer sur les autres facteurs.

2 – Tu regardes autour de toi, tu vois des videos sur internet ou des debriefing sur ton terrain : il n’y a pas a tortiller du bassin : la progression est lente et tu aimerais aller plus vite.

3 – C’est décidé : tu veux faire un tunnel camp, histoire d’avoir de bonnes bases en statique afin de passer ton BI4 et ton B4 sans y passer toute tes économies et de long mois (années !). TU ne te fera plus engueuler par le DT en faisant des choses que tu n’ pas (encore) le droit de faire, tu sera plus safe pour toi et les autres, tu restes dans les clous et tu pourras t’amuser avec les copains qui ont de l’avance. Tu te rend donc sur un camp « classique »*, direction la Slovaquie : tunnel de dernière génération (14 pieds), air pur, complexe aquatique, vie et tunnel pas cher, ambiance au top , progrès insoupçonnés: tu découvres le monde merveilleux du tunnel.

4 – Tes ailes se déploient : fort de ton BI4, tu peux commencer à bouger et à aller sur des boogies. Tu fais des sauts originaux, avec plus de monde, la pression de bien faire et de ne pas être le boulet du groupe te tire vers le haut. Tu découvres le monde merveilleux des boogies mais certains matin, ca fait mal à la tête…

5 – Du statique dans le ciel, pas mal de sauts tete en haut mais la track c’est pas mal non plus. Puis, tu commence à voler dans l’angle, mais sur le dos ce n’est pas top et sur le ventre c’est pire : tu n’es pas tout à fait « là ». Dés qu’il y a un virage, tu n’es plus là du tout. Et si le coach part en carve ou decide de passe tête en haut tu te dis que tu t’es trompé de groupe et tu as o combien raison !

6 – Le dynamique, c’est bien, je veux faire aussi ! Tu retournes sur un camp « classique » et tu apprends le carve inface, outface. Tiens, le carve tête en haut aussi et toute la suite. Tu commences gentiment à lier les moves pour faire de petites routines :  Tu découvres le monde merveilleux du dynamique et après une bonne journée, ta bière, tu la mérites et tu la savoures vraiment !

7 – Tes ailes poussent de plus en plus : les boogies c’est nul ( tu en a fait l’experience, ou tu a discuté avec du monde ou encore tu as lu sur ce site les bons articles…) : manque d’organisation, groupe hétérogènes, certains sont la plus pour faire la fête qu’autre chose, on bosse mais ce n’est pas super carré, bref bonne ambiance mais tu en veux plus. Il est l’heure de s’inscrire sur les « workshops » (merci de vous référer à cet article pour plus d’explications). Un workshop : tu es la pour bosser, pour prendre du niveau, groupe homogènes identique du début a la fin, coach attentif et dédié à ton groupe, les gens sont tous la dans un seul but : aller vers le haut, la fête ce sera pour plus tard ! Tu découvres le monde merveilleux des workshops : c’est grand, c’est très grand : plus jamais tu te pointes sur un boogie…

8 – Rolala, qu’est ce qu’ils ont tous à démarrer les sauts avec deux points tête en bas à 8 ?! J’ai jamais fait, la trace ca va mieux mais ca… Ca me met dans le rouge au début de tous les sauts ! Tu as un peu trop délaissé le statique dans le ciel et dans le tunnel, il est l’heure de remettre une couche, c’est bien beau d’avoir le B4 et de tenir vertical : il faut maintenant être plus réactif et plus solide. Direction un camp classique, d’accord encore du dynamique mais on va accentuer le travail sur le statique et pourquoi pas partager un peu de temps avec d’autres flyers, faut vraiment bosser la solidité.

9 – Tu as bien bossé dans le tunnel en statique, tu as poursuivi ton travail en dynamique, tu attends avec impatience les workshop de la saison : ca va fumer ! En prime, tu va pouvoir intégrer la « Kung-fu Academy »** : du vol avec plusieurs dans un grand tunnel pour commencer à flipper des étoiles et faire comme les grands !

10 – Tu te rapproche du groupe numero 1 sur les workshops, tu ne saute plus avec tes (ex) potes de DZ qui sont restés trop longtemps prés de la tireuse car tu vas la où ca mérite d’aller et ils ne pourraient de toute façon pas suivre. Ne t’inquiètes pas, tu sautera avec eux pour le week-end de fin de saison, s’ils te parlent encore ;). En parlant fin de saison skydive, tu penses déjà à ton planning d’hiver, maintenant tu peux « tout »faire mais le chemin ne s’arrête pas la alors tu alterne entre les camps classique -pour poursuivre ta progression dynamique et revoir quelques fondamentaux- et la Kung fu academy -fort de tes ailes qui sont bien grandes maintenant- pour voler avec « ton » groupe et préparer les sauts que tu fera dans le ciel la saison prochaine.

Et comme nous le disons souvent, en espérant que cet article vous soit utile : à bon entendeur…

 

 

*Camp classique : les gros camps de deux semaines, normalement organisés 3 fois par an ( Toussaint, février, Pâques) en Slovaquie, en one to one ( un coach avec un élève), travail à la carte : statique, dynamique, spécifique… Accessible du débutant complet au flyer avancé. Plus d’infos ici.
**Camp « kung fu academy » : sessions de groupe uniquement, itinérant ( Berlin, Milan, Madrid, Lille) dans les plus grosses soufflerie existantes ( 17 pieds ) sur 2 jours ( samedi et dimanche ) plusieurs fois dans l’hiver. Accessible aux flyers capables de voler tete en haut et tete en bas, de transiter proprement et qui montre un minimum de solidité en vertical. Travail de séquence (statique qui bouge) de 4 a 8 personnes. Plus d’infos ici.