logo

Comment bien choisir son coach …?

Serie : « Je gagne du temps et de l’argent, et je deviens un bon flyer en plus ! »

Cher lecteur,

Tu es intéressé par ce petit article donc avant de commencer, laisse moi te citer les gens qui te remercient pour ton intérêt car ils sont nombreux ! Les voici donc :
– celui qui a écrit l’article, qui grâce à toi, se sent utile
– ton intellect, pour lequel tu vas allumer une lumière supplémentaire à son étage
– ton porte monnaie car le temps c’est de l’argent et tu évitera donc peut-être d’en perdre
– tes (futures) capacités à te mouvoir dans l’air comme un poisson dans l’eau, dans un temps plus ou moins long.

Tous te remercient donc de prendre le temps qu’il te faudra pour aller en bas de cette page car nous le savons tous les deux, la lecture ce n’est pas ton truc. Tu remarqueras que, pour te mettre plus à l’aise, je te tutoie ! Parce que dans le para, c’est comme ça mais aussi parce que, on vient de le dire, ça met plus à l’aise. Sans dire que je renifle ce que tu as mangé à midi, on est au moins aussi proxi que dans un CESSNA 185, donc tout vas bien. Tu peux te détendre…Ready, set, go c’est parti pour

Comment (bien) choisir son coach …?
(ou comment ne pas perdre temps et argent dans une activité magnifique qui coute bien plus qu’un saladier !)

SI TU NE VEUX PAS TOUT LIRE, DESCEND DIRECT EN BAS DE PAGE POUR LE BONUS : LA LISTE DES MEILLEURS COACH DE LA PLANÊTE.

Bon tout d’abord, commençons par tordre le cou à cette idée reçue que le tunnel ça coute cher ! Ce n’est pas vrai ! La chute coute plus chère mais c’est juste que généralement, à moins d’habiter à proximité d’une soufflette, quand on va voler « indoor » on prend pas juste 5 minutes et donc forcément, on sort beaucoup d’argent d’un coup, plus que pour une journée de sauts ! Mais on te le répète, le tunnel coute moins cher que la chute, voire beaucoup moins cher si tu choisis bien ou/et avec qui tu y vas. Donc nous y revoici. Nous allons répondre sous forme d’item à cette fameuse interrogation du coach parfait en se posant les bonnes questions! Décroche ta ceinture car c’est parti pour une freefallade (mélange de freefall et de rigolade voire de marade dans les cas les plus extrêmes)
1 Pourquoi veux tu faire du tunnel ?
En effet, avant de te lancer dans la recherche du spot ultime, celui qui souffle le mieux, le moins cher (ou pas…) le plus proche, le moins embouteillé ( 100 balles et un mars tant qu’on y est ?!) et avec le best-of-the-pop-of-the-coach, il serait de bon ton de te demander pourquoi tu vas t’enfermer pour avaler de l’air en boite:
– la curiosité
– l’occasion car tes potes vont y faire un tour alors why not ?
– juste un peu pour préparer un brevet
– pas envie de passer des centaines de sauts pour apprendre le head up ou le head down
– je saute moins car temps et argent et j’investis dans le tunnel car gros progrès, fun, moins de sauts mais meilleur
– j’aime pas la médiocrité, j’ai envie de toucher ma bille alors je fais ce qu’il faut

Et bien là, ami lecteur, je t’induis en erreur car toutes les raisons ci dessus sont valables, la seule chose qu’il faut te demander réellement est la suivante :
Suis je assez plein d’oseille pour ne pas faire attention à quelque centaines d’euros de plus ou de moins sur mon compte en banque ?!

Pourquoi ? Simplement car quelque soit la raison qui pousse un élève à pousser la porte d’un lieu ou il va recevoir un enseignement (oui ça pousse beaucoup !) il a le droit au meilleur qui soit. Je m’explique : certains diraient que pour une heure ou pour son petit niveau « on s’en fout d’avoir le meilleur coach ». Laisse moi te mettre un premier point sur le premier i ( il va y en avoir quelques un…) : la question n’est pas de savoir si tu as besoin d’un top coach la question est de savoir : à quelle vitesse veux- tu progresser ? Ou dans le cas où tu ne vole pas beaucoup: jusqu’ou peut il t’emmener dans le temps que tu t’es imparti ?
A moins, comme on le disait, que balancer 800€ pour une heure (hum hum, ça dépend avec qui vous allez…) et ne pas beaucoup progresser ne vous dérange pas, tout va bien, reprenez votre vie et arrêtez ici la lecture, même si pour vous le temps n’est pas de l’argent, vous avez sans doute mieux à faire (cherhcer la Porshe qui sort de révision au garage par exemple) D’un coup d’un seul, en parlant Porshe, je t’ai vouvoyé, comme quoi, l’argent, ça met des distances !

Bref, pour les autres, on comprendra (plus ou moins) aisément la différence en comparant le niveau que vous aurez au bout d’une heure par exemple en ayant voler avec un coach qui gère ou avec un coach qui gère moins. Evidement plus tu prends de temps, plus la différence dans la courbe d’apprentissage va se creuser… (dans un sens ou dans l’autre selon ton coach)

C’est bien beau tout ça mais on a toujours pas répondu à la question. On sait au moins ce qui nous attend selon la qualité du coaching : on progresse toujours mais plus ou moins vite… Dans ce cas, c’est peut-être donc ceux qui volent le moins qui devraient faire le plus attention à qui ils choisissent…(je dis ça, je dis rien…)

2 les raisons pour lesquelles tu veux un coach

On reprend un peu la question précédente mais il est intéressant de noter que certains choisissent de faire du tunnel et ensuite cherchent un coach alors que d’autres se font trouver par un coach – heu pardon – trouvent un coach qui les incite à aller dans un tunnel. Il pourrait être intéressant là encore de mesurer la motivation de l’élève dans les 2 cas de figures, cette dernière étant un paramètre important dans l’apprentissage ( et dans la décision de lâcher des centaines d’euros plus ou moins facilement)

Donc pourquoi veux tu tel ou tel coach ?
– Pour avoir ta photo sur facebook avec un champion du monde parce que c’est trop la classe de poser à côté d’une star! (ami lecteur, loin de moi l’idée de casser du sucre sur le dos de champions du monde, que ce soit bien clair ! Mais il se trouve que dans la para, on a la chance de côtoyer les meilleurs de notre sport et ça c’est une chose plutôt rare dans le milieu sportif. Nous voyons donc que cela à une incidence sur le choix mais quand je dis champion du monde, je veux aussi dire des mecs hyper hyper forts au sommet de l’affiche. Et laisse moi t’enfoncer le clou, tout comme toi, j’en suis sur, j’en connais quelque uns, de champions du monde, donc ce serait pas super bien venu de leur cracher dessus !)
Une deuxième incidence, mon ami, c’est quand on parle de mecs hyper hyper fort, on parle de ciel ou de tunnel ? Certes maintenant les flyers qui finissent sur les podiums du ciel touchent leur bille dans le tunnel mais ca ne fait pas tout. On va y revenir.

– Tu as rencontré ton futur coach sur un boogie ou une anim freefly ? Un bon feeling, une teuf, un verre, voire plusieurs (attention la drogue c’est mal et la FFP, elle contrôle donc paye ta syrose et gueule de bois, c’est pas grave si t’as les mains qui tremblent…), des bons sauts, des bons conseils pis avec un coup de soufflette par dessus, tu vas voir, tu vas déchirer le ciel. C’est parti mon kiki, te voilà embarquer dans l’aventure, nous te la souhaitons belle mais t’es tu laissé le choix ou fonce tu tête baissée sans avoir peser le pour et le contre (coaching, tarif, ect…)

– Tu veux trop voler avec lui car lui et son team démontent tout et tout le monde, tu veux faire comme lui. Les vidéos en remettent une couche, tu ne peux pas résister !

– Il bosse sur ta DZ, pourquoi t’embêter plus loin ! Il est là devant toi, ton destin est tout tracé ! Et puis entre nous, qu’il soit bon ou pas, tu serais capable de lui dire non ?! Après tout, c’est si peu d’argent alors pourquoi risquer de lui briser le coeur…

– J’ai entendu beaucoup de gens dirent du bien de ce coach

Là encore, tu constates que, souvent, ton choix est dirigé par ton coeur et pas trop par la raison. Rien de plus normal que de laisser parler son coeur, ça s’appelle l’affectif (sauf que là, ça fait cher le sentiment…)… Donc, cher lecteur, ne te mens pas à toi même, le coach est là pour faire sortir le meilleur de toi même et c’est pour ça que tu dois le choisir, et non parce que « tu le kiffe car il fly trop bien, ou que tu veux avoir ta tof avec lui ou encore parce qu’en teuf, on s’éclate bien ». Avec une moyenne de 200€ la presta pour une heure, tu es en droit d’attendre plus qu’une photo et un verre de l’amitié sauf si tu dois aller chercher ta Porshe au garage dans ce cas dépêche toi car ça va bientôt fermer !

La compet est un moyen de se faire connaitre pour les coach, ensuite selon le niveau, faire des « anims » dans les paraclub est le truc idéal pour recruter des élèves. C’est normal, tout le monde doit manger. Mais, là encore, pris au dépourvu, on dit oui sans trop réfléchir et ensuite trop tard, de toute façon, on a pas conscience des différences dans la qualité du coaching donc tout va bien.
Par contre tu peux quand même te demander si être bon dans le ciel ça veut dire être bon dans le tunnel. En général, un coach de tunnel à plus de corde à son arc, disons qu’il peut te proposer des chemins différents pour te faire arriver là ou il veut, le coach de ciel peut -être pas… C’est la où les meilleurs du ciel ne sont peut-être pas les plus aptes à enseigner dans le tunnel mais j’allais oublier un détail :

Mon ami, je dois quand même t’avouer un truc  : avant de te poser toutes ces questions, il y en est une qui devrait avoir été posée depuis longtemps et surtout, qui devrait sauter aux yeux de tout le monde et des tiens c’est : est ce qu’un bon athlète est un bon coach ? La on dépasse le cadre du para, et ami lecteur, j’espère que tu es aussi intelligent que les gens le disent, comme ça, ça m’évite d’avoir à répondre à cette question dont la réponse tombe sous le sens.
Au cas,  ou tu commencerais à avoir mal à la tête la réponse est : bien sur que non, un bon athlète n’est pas forcément un bon coach, je m’arrête tout de suite sinon je passe la nuit à te démontrer ça. Maintenant, si tu n’es pas d’accord avec ce postulat, je ne peux plus rien pour toi donc tu peux sortir et retourner voir la fin de ton match de foot.

Petite aparté  à l’attention des jeunes fougueux qui rêvent de coacher en tunnel (et de leur pote qui attendent juste ça pour démarrer avec eux dans le tunnel) :
Nombreux sont ceux qui rêvent de coacher en tunnel. Normal, on prend du niveau, on a la côte avec les filles et dans le milieu, on se fait plaisir. Ca a l’air trop bien de l’extérieur, de l’intérieur déjà, tu passe tes week-end à soulever de la viande qui comprends pas ce qu’il lui arrive « mais c’est pas grave, c’est ça qu’est bon. »
Sans revenir sur le pourquoi un bon athlète n’est pas forcement un bon coach, je te rappelle petit scarabée que :
– la seule vraiment motivation à faire un boulot ou l’on enseigne devrait être d’aimer enseigner et transmettre ! C’est con dit comme ça hein !! Mais c’est la seule façon de le faire bien ! C’est comme si tu veux passer ton INIT B2 ou B4 pour faire des sauts gratos, t’es à côté de tes pompes !
– Enseigner c’est un métier, voire une vocation, certes sont plus doués que d’autres mais t’inquiète, tu peux apprendre à enseigner. C’est pour ça que pour les DE (diplome d’Etat) ou bien encore le métier de prof, ça s’apprends de longue années !! Et ouais c’est magique hein, encore un métier qui s’apprend ! Moi qui pensais qu’on pouvais faire plein de trucs sans rien savoir… La connaissance et l’èlève, les méthodes d’apprentissages, la bioméca, la péda, la psycho, la physio et blabla et bla et bla, t’en fais quoi ? Quand tu sauras flyer, être sécu pour les first timers et les belly flyer et pousser des boutons à la fin de ta formation, tu penses que tu seras armé pour être un bon enseignant ?

Donc futur coach, si ton but c’est de bosser au tunnel pour devenir un tueur dans l’air, soit. Tu ne changeras pas d’avis en lisant ce que j’écrit et tu auras raison : vis ta vie. Si ça se trouve tu deviendras un pure flyer. Tiens, tu te souviens à l’école : tu étais le meilleur en sport et pourtant un cancre dans les autres matières ! Voilà un argument de plus, ce n’est pas pare que tu joue bien au hand que tu sais expliquer ce que tu fais pour y arriver… Mais s’il te plait, essaye de faire le maximum pour tes élèves, qu’ils apprennent et soit heureux de progresser ( et pas heureux car tu est bon en com…). De toute façon ce sera facile de voir si tu es un bon coach. C’est comme le marketing : le but c’est de fidéliser les clients après qu’ils soient venu une première fois te voir. Donc si tu vois que ton lot d’élèves changent sans arrêt et que tu ne garde pas longtemps les même élèves, c’est que tu as un souci… Ca va, tu retiendra le conseil ?

Donc toi le copain du coach, retiens ce qu’on vient de dire : ton pote deviendra peut être un bon coach mais laisse lui le temps d’être un prof aguerri et vole avec un mec qui a roulé sa bosse. Si tu veux vraiment lui donner des sous, paye son loyer par exemple ! Rome ne s’est pas faite en un jour et de toute façon, tu es un client comme un autre, c’est ton pote mais si au bout d’un moment tu continue à galèrer, tu changeras de coach et de pote aussi…

Sinon, tu as entendu du bien de ce coach là. Voilà un bon début, il faut maintenant savoir qui a donné cet avis. Le mec qui a 50 sauts et qui apprend au gars qui passe sa PAC à faire une sortie piqueur pendant que son moniteur à le dos tourné ? Le mec qui a 3000 sauts ? Le mec qui a fait la teuf avec le caoch en question ? Ou celui qui en 10 heures et monté plus haut que les étoiles ? ( même là, tu as peut être pas les même facultés d’apprentissages que lui donc …)
Un avis ne vaut que par la valeur de celui qui le donne. Combien de fois j’ai pris des films sur un disque dur d’un pote qui me disait » vas y, celui là, c’est de la balle » et combien de fois j’avais oublié que nous n’avions pas les mêmes gouts !! Je m’égare. Pour le coaching en tunnel, c’est un peu plus compliqué car certains ont le feeling avec leur coach mais la encore, on ne doit pas oublier que le but est de progresser. C’est bien le feeling mais demandes toi si tu progresses. A l’opposé, J’en connais qui font pleureur leur élève… et pourtant même si c’est dur sur le moment, les élèves en redemande car le coach leur botte les fesses et tire le maximum, résultat ça fly !! C’est moins agréable que se fendre la gueule dans la veine mais tu sais pourquoi tu paye !
Certes, il faut trouver un juste milieu mais tu ne paye pas 200 boules pour avoir un nouveau copain (qui éventuellement s’amuse plus que toi dans le tuyau… )

Et puis encore, avoir un coach que tu suis en Dynamic, et qui te parle pas, juste « tu me suis et tu me laches pas des yeux » ( le VIIIiisueeeeeel bordeeeeel ! )car tu gères déjà, ça peut faire même s’il n’est pas bon en péda mais prendre un coach qui doit vraiment t’expliquer et te choisir la bonne voie car tu débutes, ce n’est pas la même chose.

Ca fait donc une chose de plus à prendre en compte et à rajouter quand tu écoutes l’avis de quelqu’un. Moralité : comme dans la vie, cher ami, écoute et ne prends rien pour argent comptant.

Maintenant, résumons ce que tu viens d’apprendre :
– un bon flyer dans le ciel ne vole pas forcément comme un dieu dans le tunnel
– Un flyer qui vole comme un dieu ( dans le tunnel ou même le ciel) n’est pas forcément un bon coach…
– donne toi le temps de la réflexion et de la recherche avant de dire oui au premier coach venu
– écoute les autres mais connais celui qui tu conseilles afin de savoir si tes attentes et exigences sont les mêmes que les siennes ( ça marche dans la vie aussi ) et tache de savoir si c’est un pote du coach en question tant qu’à y être.
– avoir le feeling c’est bien, un coach animateur, c’est cool on se marre bien mais un coach qui enseigne c’est mieux quand même.
– écoute le max de retour sur le coach pour en savoir plus mais là encore notoriété ne rime pas forcément avec efficacité car les élèves ne sont pas les mieux placés pour juger des compétences d’un enseignant (sauf s’ils ont déjà pas d’expérience). On en revient au jugement du coeur qui n’a rien à voir avec les progrès, surtout quand en plus tu rajoute le bilan du camp (si camp il y eut) avec toutes ces fêtes, ces filles et j’en passe. Perso, sur un gros camp, faire la fête me parait un poil présomptueux si tu fly beaucoup… Le coach, il a l’habitude alors ça le dérange moins que toi, attention !
Aller, c’est bientot fini mon lecteur, accroches toi tu a fait le plus dur !

3 Oui mais mes potes y vont là bas…
Alors ça, je dois dire que je peux pas aller contre. J’espère juste que t’as dépassé le stade des collégiennes qui vont toujours aux toilettes par deux.
Sérieux, tes potes ont ils les même ambitions, ressources et besoins que toi ? (comprendre : même niveau, même temps à consacrer, même objectifs, même tune et même profit à en retirer)
« Oui mais on va s’éclater  » Rooooo mais t’écoutes rien, pars en Thailande ou ailleurs pour t’éclater mais c’est à la porte de l’avion qu’on verra le résultat.
« Oui mais ils connaissent le coach », nan mais là t’as vraiment rien écouter alors t’es gentil, tu sors.
PS: tu as droit a un joker si tu compte te marier avec au moins un de tes potes…

4 Le coach a t’il la foi ?

Il faut manger c’est un fait. En général, la passion qui devient gagne pain, à plus ou moins long terme tue la passion. Le boulot qui nous faisait rêver devient aussi chiant que n’importe quel autre. Je ne dis pas qu’il y a que des vieux cons et c’est justement pour ça qu’il faut veiller à trouver le coach qui a l’étincelle dans l’oeil. Certes tu vas lui filer pas mal d’argent mais il a envie de te voir progresser, il croit en toi, il aime transmettre et passe du temps avant et après la session. Il ne te voit pas comme un balinais qui voit débarquer un australien à Dempasar… ( Sorry si la métaphore te dépasse, on se fait plaisir comme on peut!)
5 les ont dit … les rumeurs
(voir numéro 2)
« On dit qu’il est bon ce coach » : c’est qui « on » ? ça veut dire quoi « bon » pour « on » ?
« Pfff, on dit qu’il est pas bon ce coach » : c’est qui « on » ? ça veut dire quoi « pas bon » pour « on » ?
« C’est trop bien là-bas » : déjà allé ?
 » C’est nul là-bas » : déjà allé ?
Prends tes infos à la source… et recoupe les, faut que je t’apprennes la vie ou quoi ?

6 C’est le porte monnaie qui dicte sa loi
Malheureusement, sauf si tu es en train de conduire ta deuxième voiture pour aller chercher ta Porshe au garage, l’argent est une notion bien concrète que tu ne prends pas , mais alors pas à la légère du tout ! Mais bon concernant le coaching, sans chercher, tu sera face à une offre à peu près équivalente concernant la prestation en question en Europe. Maintenant si tu cherches un peu (si tu es sur le site, c’est déjà un bon début) tu pourras trouver moins cher… et la question du coaching sera résolu ( coup de pub au passage) because on l’a estampillé 3F, et ça crois moi, on en a vu passé des coach et ceux qu’on garde, ils valent le détour… Si tu es frileux envers la 3F, tu payera entre 200 et 250€ en Europe pour te faire coacher, la qualité, dépendra de toi et de toi seul, si tant est que tu es maitre de ton choix.

7 Tu fais les choses à moitié ou tu les fais bien ?
Voilà toute la question. Es tu le maitre de tes actes ? Est tu influençable ? Choisis tu en toute connaissance de cause ? La, on pars dans la vie de tous les jours alors on pourrait tartiner à n’en plus finir mais à 800€ de l’heure, je te souhaite de choisir ton coach et ce qui va avec le tunnel de manière plus réfléchie que le dimanche matin à la boulangerie où tu hésites entre pain au chocolat et croissant…

8 Tout finit bien…
Mais rassures toi, au final, tout ça n’a aucune importance car en fait, tu n’aura pas conscience de ce qui se passe et tout ira bien dans le meilleur des mondes.
Pourquoi ? C’est ce qu’on appelle l’expérience. Ce n’est qu’à partir du moment où tu aura roulé ta bosse un minimum, avec le recul, que tu pourra dire si oui ou non tu a perdu temps et argent en misant sur le mauvais cheval. A moins que tu sois quelqu’un  de « smart » qui va la où il faut grâce aux bons choix et au prélèvement des informations les plus pertinentes. (je sais : je te perds. En gros ça veut dire si t’es pas trop con et que tu réfléchis un peu!)
Donc dans les deux cas, souris la vie est belle !

Liste des meilleurs coach du monde :
nan mais sérieux, tu y a pas cru quand même !! La recherche du coach fais parti de ton rite initiatique petit scarabé…

Epilogue

LA 3F organise mais ne coach pas, ça évite les conflits d’interêts, on veut le meilleur pour la Family et c’est bien connu dans le business on dit : les grands dirigeants sont ceux qui savent bien s’entourer. Ca s’applique au management comme à beaucoup de choses, y compris au skydive…Donc, on a nos bonnes adresses et nos bons coach, de plus en plus connu, au passage… Alors si le coeur vous en dit ( tiens, je croyais qu’on parlais avec la raison après tout ce baratin ?!) envoiez nous un mail et on vous dira tout, à moins de jetter un oeil sur facebook ou ici même pour voir de quoi ça parle. Mais on vous le repete, renseignez vous 😉 et vous verrez bien.
Merci si vous êtes arrivés jusque là et bon fly à toutes et tous !
Pour les commentaires ( constructifs s’il vous plait) merci de vous rendre ici :
https://www.facebook.com/notes/freefly-family/comment-bien-choisir-son-coach-/779726782084823

PS : je n’ai rien contre les Porshes, d’ailleurs j’aimerais bien en avoir une pour la revendre et me payer des heures de tunnel !
PS 2 : je vous aime mes champions 😉
PS3 : les jeux vidéos c’est cool mais pas le temps…